En matière d’emplois, les entreprises de Transport et de Logistique font avec la crise

Comme chaque année à la même période, l’AFT-IFTIM publie son enquête transport-logistique sur « les besoins en emplois et en formations dans les fonctions de la logistique ».

Cette édition porte sur 468 établissements de 100 salariés et plus et 85 établissements de 50 à 99 salariés interrogés entre le 10 et le 27 janvier 2012, tous occupant des salariés dans des fonctions logistiques.

Cent cinquante prestataires logistiques figurent dans l’enquête dont une majorité compte moins de 100 salariés. Cette étude, bien que se basant uniquement sur le ressenti des sondés, reflète bien la nouvelle dégradation de l’activité survenue depuis fin 2011, période où ils sont la moitié à avoir constaté une diminution de la demande. Un recul qui correspond à une période de compression des postes transports et logistiques chez leurs clients.

Ce ressenti négatif vaut aussi pour 2012 : seuls 28% des établissements de plus de 100 salariés et 15% de ceux de 50 à 100 salariés anticipent une hausse de la demande qui pourrait leur être adressée.

Ceci explique certainement cela : chez les 400 chargeurs interrogés en parallèle (Industries agroalimentaire, pharmacie-parfumerie-entretien, industrie automobile, équipements mécaniques, chimie-caoutchouc, plastiques, commerce), la proportion d’établissements ayant recours à la sous-traitance d’opérations de transport et/ou logistiques tend à diminuer depuis 2011 (de 86% en 2010, elle est passée à 81% en 2011), sauf dans l’industrie pharmaceutique où le taux de sous-traitance, déjà très élevé, le reste (88% d’externalisation en 2011).

Les entreprises ont également été interrogées sur leur connaissance des obligations qui leur incomberont en 2013 en matière d’affichage des émissions de CO2.
Très surprenant, à quelques mois de la mise en application du décret paru au JORF du 25 octobre 2011 instaurant une obligation pour tous les moyens de transport de fournir le taux d’émission de CO2 de chaque prestation réalisée, plus de la moitié des personnes interrogées dans les entreprises de moins de 100 salariés sont au courant et moins de 70% dans celles qui comptent plus de 100 personnes. Un quart des prestataires ignorent même que cette obligation les concerne !

Pourtant, semble-t-il, sur le plan environnemental, leurs clients n’ont pas réduit la pression : un bilan CO2/environnemental a été demandé à plus de 40% des établissements.

Quels sont les critères majeurs de sélection d’un prestataire de transport/logistique ?

La compétitivité prix n’apparaît qu’au troisième rang des critères de choix des chargeurs de l’enquête – les réponses sont recueillies, il est vrai, sur une base déclarative – même si elle talonne la garantie des délais et de la qualité de service qui est plébiscitée.

Sur le volet emplois, l’enquête met en exergue le rôle évident que joue le secteur du transport et de la logistique comme pourvoyeur d’emplois de tous niveaux de qualification.
Les techniciens et agents de maîtrise de la logistique sont en moyenne deux fois plus nombreux que les cadres de la logistique dans les établissements interrogés et les opérateurs logistiques le sont treize fois plus que les cadres, les entreprises de TRM étant les plus gros employeurs de cadres (en moyenne 4 cadres pour 49 opérateurs).

Il n’empêche, depuis plusieurs années, la progression des effectifs du secteur transport de marchandises et logistique a tendance à stagner. Un phénomène consécutif à une baisse d’activité liée, pêle-mêle, à la crise, à la concurrence des transporteurs européens à bas coûts (cabotage), à la restructuration des entreprises elles-mêmes, etc. En 2011, les établissements dont l’activité a augmenté ont eu recours aux heures supplémentaires. Ce ne devrait plus être le cas en 2012 : elles sont nombreuses à anticiper une diminution du volume d’heures supplémentaires.

Ce phénomène se ressent au niveau de l’enquête de l’AFT-IFTIM. La moitié des entreprises de 100 salariés et plus déclarent n’avoir recruté ni cadre ni techniciens/agents de maîtrise. Les établissements de 50 à 100 salariés sont plus nombreux à avoir recruté des cadres et techniciens (57 et 58%). En revanche, plus de 60% ont diminué les effectifs d’opérateurs.

  • enquete_aft_iftim_emplois et formations dans les fonctions transport et logistique partie 1
  • aft_iftim2_gestion des emplois et de recrutements
  • aft_iftim3_2011_2012gestion des recrutements
  • Eaft_iftim4_mobilité interne et gestion des parcours professionnels
  • aft_iftim5_gestion previsionnelle des emplois et competences
  • aft_iftim6_politiques de qualification
  • aft_iftim7_politiques de formation continue