avril
mercredi
4

En matière d’emplois, les entreprises de Transport et de Logistique font avec la crise

Comme chaque année à la même période, l’AFT-IFTIM publie son enquête transport-logistique sur « les besoins en emplois et en formations dans les fonctions de la logistique ».

Cette édition porte sur 468 établissements de 100 salariés et plus et 85 établissements de 50 à 99 salariés interrogés entre le 10 et le 27 janvier 2012, tous occupant des salariés dans des fonctions logistiques.

Cent cinquante prestataires logistiques figurent dans l’enquête dont une majorité compte moins de 100 salariés. Cette étude, bien que se basant uniquement sur le ressenti des sondés, reflète bien la nouvelle dégradation de l’activité survenue depuis fin 2011, période où ils sont la moitié à avoir constaté une diminution de la demande. Un recul qui correspond à une période de compression des postes transports et logistiques chez leurs clients.

Ce ressenti négatif vaut aussi pour 2012 : seuls 28% des établissements de plus de 100 salariés et 15% de ceux de 50 à 100 salariés anticipent une hausse de la demande qui pourrait leur être adressée.

Ceci explique certainement cela : chez les 400 chargeurs interrogés en parallèle (Industries agroalimentaire, pharmacie-parfumerie-entretien, industrie automobile, équipements mécaniques, chimie-caoutchouc, plastiques, commerce), la proportion d’établissements ayant recours à la sous-traitance d’opérations de transport et/ou logistiques tend à diminuer depuis 2011 (de 86% en 2010, elle est passée à 81% en 2011), sauf dans l’industrie pharmaceutique où le taux de sous-traitance, déjà très élevé, le reste (88% d’externalisation en 2011).

Les entreprises ont également été interrogées sur leur connaissance des obligations qui leur incomberont en 2013 en matière d’affichage des émissions de CO2.
Très surprenant, à quelques mois de la mise en application du décret paru au JORF du 25 octobre 2011 instaurant une obligation pour tous les moyens de transport de fournir le taux d’émission de CO2 de chaque prestation réalisée, plus de la moitié des personnes interrogées dans les entreprises de moins de 100 salariés sont au courant et moins de 70% dans celles qui comptent plus de 100 personnes. Un quart des prestataires ignorent même que cette obligation les concerne !

Pourtant, semble-t-il, sur le plan environnemental, leurs clients n’ont pas réduit la pression : un bilan CO2/environnemental a été demandé à plus de 40% des établissements.

Quels sont les critères majeurs de sélection d’un prestataire de transport/logistique ?

La compétitivité prix n’apparaît qu’au troisième rang des critères de choix des chargeurs de l’enquête – les réponses sont recueillies, il est vrai, sur une base déclarative – même si elle talonne la garantie des délais et de la qualité de service qui est plébiscitée.

Sur le volet emplois, l’enquête met en exergue le rôle évident que joue le secteur du transport et de la logistique comme pourvoyeur d’emplois de tous niveaux de qualification.
Les techniciens et agents de maîtrise de la logistique sont en moyenne deux fois plus nombreux que les cadres de la logistique dans les établissements interrogés et les opérateurs logistiques le sont treize fois plus que les cadres, les entreprises de TRM étant les plus gros employeurs de cadres (en moyenne 4 cadres pour 49 opérateurs).

Il n’empêche, depuis plusieurs années, la progression des effectifs du secteur transport de marchandises et logistique a tendance à stagner. Un phénomène consécutif à une baisse d’activité liée, pêle-mêle, à la crise, à la concurrence des transporteurs européens à bas coûts (cabotage), à la restructuration des entreprises elles-mêmes, etc. En 2011, les établissements dont l’activité a augmenté ont eu recours aux heures supplémentaires. Ce ne devrait plus être le cas en 2012 : elles sont nombreuses à anticiper une diminution du volume d’heures supplémentaires.

Ce phénomène se ressent au niveau de l’enquête de l’AFT-IFTIM. La moitié des entreprises de 100 salariés et plus déclarent n’avoir recruté ni cadre ni techniciens/agents de maîtrise. Les établissements de 50 à 100 salariés sont plus nombreux à avoir recruté des cadres et techniciens (57 et 58%). En revanche, plus de 60% ont diminué les effectifs d’opérateurs.

  • enquete_aft_iftim_emplois et formations dans les fonctions transport et logistique partie 1
  • aft_iftim2_gestion des emplois et de recrutements
  • aft_iftim3_2011_2012gestion des recrutements
  • Eaft_iftim4_mobilité interne et gestion des parcours professionnels
  • aft_iftim5_gestion previsionnelle des emplois et competences« 
  • aft_iftim6_politiques de qualification
  • aft_iftim7_politiques de formation continue
  • mars
    mardi
    20

    Le premier Feuillet Multimodal de l’année 2012 est placé sous le signe du renouveau. Désormais, vous recevrez votre « Newsletter Multimodale » selon une périodicité mensuelle, le 15 du mois.

    Votre Fédération représente l’ensemble des métiers composant la chaîne de transport multimodal sur le plan national et international.

    Cette Newsletter en sera le fidèle reflet.

     

    mars
    lundi
    12

    DOUANE

    Tournée française de l’exportateur agréé

    La tournée française de l’Exportateur Agréé, organisée par TLF et les spécialistes du Bureau E1 de la DGDDI (politique commerciale et tarifaire), a commencé le 21 septembre 2011 à Montreuil. Elle est rapidement montée en puissance pour atteindre des records d’affluence à Lyon (le 15 décembre 2011), Bordeaux (le 10 février), Marseille (le 12 février 2012) puis Roissy (le 16 février 2012).

    Elle se poursuivra le 4 avril au Havre Inscription tlf-dgddi le Havre 0404.
    D’autres rendez-vous seront fixés dans les mois prochains, à Dunkerque et Colmar.

    Ces journées, dédiées aux enjeux du statut d’exportateur agréé, ont rencontré un grand succès auprès des adhérents de TLF et de leurs clients exportateurs et importateurs également invités à y assister.

    Dans le cadre des nouveaux accords préférentiels qui sont négociés entre l’Union Européenne et les pays tiers (accord de libre échange avec la Corée du Sud entré en vigueur le 1er juillet 2011 et prochainement, avec Singapour, le Canada, la Malaisie, le Mercosur, etc.), les exportateurs agréés accèdent à un avantage important : la possibilité de réaliser une déclaration d’origine sur facture (DOF), sans limite de valeur. L’objectif des ces journées est de faire connaître ce dispositif.

    Bilan des précédentes réunions

    • 1. le 23 septembre 2011 à Paris, 30 participants commissionnaires
    • 2. le 15 décembre 2011 à Lyon, 46 participants commissionnaires et clients
    • 3. le 10 février 2012 à Bordeaux, 100 participants commissionnaires et clients
    • 4. le 14 février 2012 à Marseille, 98 participants commissionnaires et clients
    • 5. le 16 février 2012 à Roissy CDG 39 participants commissionnaires et clients

    Les Pôles d’Actions Economiques (PAE) de la DGDDI étaient aussi représentés à ces réunions ainsi que les principaux responsables Douane.

    Réunions à venir :

    • 1. Une réunion au Havre aura lieu le 4 avril 2012 (Inscription tlf-dgddi le Havre 0404)
    • 2. Deux réunions sont à prévoir : l’une à Dunkerque l’autre à Colmar
    • Genèse et but de ces réunions :TLF a saisi l’opportunité d’une audition à l’Assemblée Nationale par Jean-Luc WARSMANN Président de la Commission des Lois, dans le cadre de sa mission de « simplification du droit au bénéfice des acteurs économiques » auprès du Premier Ministre, courant 2011, pour exprimer la demande d’un programme commun entre l’administration des Douanes au niveau national (DGDDI) et TLF devant faciliter l’exportation de produits français vers les pays bénéficiant d’accords préférentiels (réduction, et dans certains cas suppression des droits de douane à l’entrée du pays importateur).

      Après accord de Matignon et en coordination avec le Cabinet de Frédéric LEFEVRE, Ministre chargé du Commerce, de l’Artisanat et des PME et la DGDDI, TLF et la douane ont mis en place une mission commune afin d’aider les entreprises et notamment les PME exportatrices à développer le commerce international vers ces pays et à rester compétitives par rapport à leurs concurrents européens.

      Objectif de TLF et TLF OVERSEAS :

      Devant la nouveauté, la diversité et la complexité des règles d’origine des produits en matière douanière, TLF souhaitait accompagner ses entreprises adhérentes, en étroite collaboration avec l’administration des douanes et ses experts, dans la mise en place d’un package information/formation des prestataires de transport et logistiques et leurs clients.

      Le programme développé inclut des cas pratiques validés par l’administration ainsi que la publication d’un document questions/réponses qui reprendra l’ensemble des questions abordées en cours de séance. Il sera distribué après la remise de supports explicatifs.

      L’accord de libre échange signé entre la Corée du Sud entre la Commission Européenne, entré en vigueur le 1er juillet 2011 (et l’imminence des accords de libre échange prévus entre Singapour, le Canada, la Malaisie, le Mercosur, …) a accéléré le processus.

      Les nouveaux accords préférentiels qui sont négociés entre l’Union Européenne et les pays tiers impliquent la possibilité, pour l’exportateur étranger vers l’UE ou communautaire vers l’étranger, de réaliser une déclaration d’origine sur facture (DOF), sans limite de valeur et sans utiliser le document papier EUR1. Le but de ces réunions était de faire connaître et adopter ce dispositif.

      Il visait également à informer les commissionnaires qu’ils ont la possibilité de conseiller et assister leurs clients lors de la demande du statut d’exportateur agréé.

      Déroulé
      Ces réunions se sont déroulées suivant le même schéma :

      Le matin :

      1. Présentation de TLF
      2. Contexte
      3. Rappel des notions de régimes préférentiels et non préférentiels.
      4. Informations sur les pays avec lesquels des négociations de préférences tarifaires sont en discussion.
      5. Ce qui va se passer dans les accords avec les Pays en voie de développement et dans quelles conditions les entreprises s’enregistreront dans le futur.
      6. Rappel sur l’origine des produits
      7. Qui peut demander le statut d’exportateur agréé ?
      8. Que doit détenir l’exportateur et quelles sont les informations nécessaires (actuellement l’exportateur devrait déjà être en possession de ces éléments pour faire viser l’EUR 1) ?
      9. Comment demander le statut d’EA ?
      10. Les différents outils en matière d’espèce et d’origine mis à la disposition des entreprises
      11. Les différents accords préférentiels et où les trouver ?
      12. Comment les lire ?
      13. Comment vérifier si le produit peut bénéficier de l’origine préférentiel au vu de ces accords
      14. La valeur juridique de la DOF, risques et sanctions.

      L’après-midi :

      1. Cas pratiques
      2. Le pas à pas.
      3. La notion de Cumul
      4. Questions diverses

    mars
    lundi
    12

    FLUVIAL

      Modernisation du réseau Voies Navigables de France :

    Le projet de loi relatif à la réforme de la gestion des voies navigables a été adopté. Négocié depuis 2009, il couvre la période 2010-2013. Il confirme un investissement de 840 M€ hors Seine-Nord dont la majeure partie sera vouée à la modernisation du réseau et contribuera à l’amélioration de son offre de services (ouverture des voies fret 24h/24 sur le grand gabarit et 12h par jour sur ses liens connexes). Le contrat prévoit aussi un plan d’aides au report modal à destination des chargeurs ainsi qu’un fonds doté de 5M€ pour la mise en place d’une interprofession.

      Record de conteneurs en 2011

    Pour l’ensemble de l’année 2011, le transport fluvial s’est élevé à 58,7 Mt, soit 3 % de moins qu’en 2010 et 7 863 millions de tonnes/kilomètre (- 2,4 %), indique Voies Navigables de France.
    Le trafic fluvial a été porté en 2011 par les transports de matériaux de construction, les produits métallurgiques, les conteneurs et les colis lourds. Le secteur des conteneurs atteint un niveau record : il dépasse pour la première fois le seuil des 500 000 EVP avec 517 000 EVP.
    Les volumes de marchandises manutentionnées ont évolué positivement sur le bassin Seine/Oise avec 23 Mt (+ 3 % en tonnage) et sur la zone Rhône/Saône avec 6,3 Mt (+ 3,3 %).


    Site Web TLF

    • Twitter Union TLF